/ Télémédecine

La place de la télémédecine dans la prise en charge de l’HTA

L’hypertension artérielle (HTA) est la maladie chronique de tous les records en France. Il s’agit de la première maladie cardiovasculaire avec plus de 11 millions de patients atteints. Elle constitue d’ailleurs l’un des motifs de consultation les plus fréquents en médecine générale. Les praticiens sont donc amenés à traiter très régulièrement des patients hypertendus. Malgré sa fréquence, l’HTA demeure une pathologie complexe, qui demande des connaissances thérapeutiques et cliniques pointues pour permettre aux patients d’atteindre les valeurs cibles.

Devant ces difficultés, certains spécialistes estiment que l’HTA est l’une des maladies qui peut le plus bénéficier d’une prise en charge par télémédecine. La télémédecine améliore en effet le dépistage, la prévention et le traitement de l’HTA en favorisant l’accès aux soins, à l’information et à l’éducation thérapeutique. Ainsi, les premières utilisations de la télémédecine dans la prise en charge de l’HTA ont commencé durant les années 1990 : le centre “Hypertension-Paris” de l’hôpital Georges Pompidou propose ainsi une prise en charge de l’hypertension artérielle par télémédecine depuis 1995.

Les actes de télémédecine qui auront le plus d’impact sur la prise de l’hypertension artérielle sont la télésurveillance, la téléexpertise et la téléconsultation. La télésurveillance, à l’aide de tensiomètre connecté, affinera toujours plus la mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) et améliorera la fiabilité des mesures. La téléconsultation augmentera la fréquence du suivi permettant une meilleure éducation thérapeutique. La téléexpertise, pour finir, viendra aider des patients souffrant d’HTA réfractaires à accéder, dans des délais raisonnables, à des savoirs de pointe. L’avis de cardiologues spécialisé dans l’HTA sera facilement demandé afin de mettre en place une prise en charge sur mesure.

Cette vision de la télémédecine au service de l’HTA est partagée par les sociétés savantes. La société française de l’hypertension artérielle (SFHTA) l’a même clairement indiqué dans ses recommandations. Dans sa stratégie nationale de santé pour les maladies hypertensives, elle indique que les maladies hypertensives sont parmi “les pathologies les mieux prises en charge par l’utilisation appropriée de la télémédecine”. Par ailleurs, la SFHTA souhaite “la constitution d’un réseau multidisciplinaire de téléconsultations qui intégrera toutes les compétences paramédicales susceptibles d’améliorer le parcours du patient hypertendu”.

Nous vous avons brièvement montré l’impact positif de la télémédecine sur les patients hypertendus. Ces conclusions peuvent facilement être extrapolées à d’autres affections, qui peuvent tout à fait être prises en charge à distance grâce à des solutions telles que Leah.