/ Télémédecine

Les situations éligibles pour une prise en charge par télémédecine

La question de la légitimité de la télémédecine et de la téléconsultation est une interrogation récurrente. Comment la médecine hippocratique, longtemps basée sur un dialogue couplé à un examen physique, peut-elle être assurée via une prise en charge à distance ? C’est la question à laquelle nous allons essayer de répondre dans cet article.

Les institutions sanitaires internationales se sont alors naturellement penchées sur le sujet. La Hause Autorité de Santé (HAS) a donc tranché sur les critères d’éligibilité permettant de soigner un patient par téléconsultation. À ce jour, elle n’a pas identifié de situations cliniques précises excluant la téléconsultation dans ses recommandations d’avril 2018 *. En revanche, elle a listé les critères d'éligibilité du patient :

  • La téléconsultation ne doit pas s’adresser à des situations d’urgences cliniques,
  • La téléconsultation ne doit pas s’adresser à des situations où un examen clinique direct est nécessaire,
  • Le patient doit être apte à bénéficier d’une téléconsultation (bon état cognitif / psychique / physique),
  • Il ne doit pas y avoir de barrières liées à la langue ou une incapacité à utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication,
  • Les données médicales du patient nécessaires au bon déroulement de l’acte de téléconsultation doivent être disponibles pour le praticien,
  • En cas de besoin, le patient pourra être assisté d’un proche ou d’un autre professionnel de santé.

Si la HAS n’a recensé aucun critère d’exclusion pour la téléconsultation, l’American Telemedecine Association * en a relevé quelques-uns dans des recommandations éditées en 2015. Pour cette dernière, les situations qui ne conviennent pas à la télémédecine sont celles pour lesquelles :

  • Une consultation physique est nécessaire pour évaluer le patient en raison de la gravité des symptômes présentés,
  • Un examen clinique est absolument nécessaire,
  • Un essai clinique ou thérapeutique est en cours,
  • Les soins doivent répondre à un protocole défini au préalable,
  • Un acte technique invasif est nécessaire,
  • Le patient souffre de troubles cognitifs ou d’une intoxication aigüe,
  • Il existe une barrière de la langue,
  • Le patient n’a pas les connaissances techniques pour utiliser correctement les outils de télémédecine et les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Les recommandations de l’American Telemedecine Association précisent également que toutes situations urgentes nécessitant la prise en charge par un service d’urgence adapté ne peuvent pas être prises en charge par téléconsultation, mais relèveraient du domaine de la régulation, c'est-à-dire l'orientation à distance du patient vers un service d'urgence ou un médecin spécialiste en fonction de la pathologie présentée.

Nous vous avons présenté les situations sanitaires que les sociétés savantes estiment incompatibles avec la téléconsultation. Ainsi, vous pourrez sélectionner plus justement vos patients pouvant bénéficier de la télémédecine. Pour vous aider à débuter dans la téléconsultation, nous avons également publié d’autres articles pouvant vous aider à sélectionner les bonnes pathologies à prendre en charge à distance.

* Qualité et sécurité des actes de téléconsultation et de téléexpertise, HAS, 2018.
*American Telemedecine Association guidelines for live, on demand primary and urgent care, American Telemedecine Association, 2015.