/ Télémédecine

Quelles situations cliniques peuvent se prêter à la téléconsultation ?

Actuellement, avec la juste utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, il est possible de soigner à distance. La médecine et le soin peuvent se pratiquer sans que le patient soit physiquement en face de vous.

La téléconsultation, un acte de télémédecine, est maintenant entrée dans le droit commun. En plus, la pratique est remboursée par l’Assurance Maladie au même titre qu’une consultation en présentiel. Pour vous aider à vous projeter dans une activité de téléconsultation, notre article vous recense les différents cas d’usage d’une prise en charge par téléconsultation.

Les situations cliniques qui peuvent faire l’objet d’une téléconsultation

Lors d’une téléconsultation, la visioconférence sécurisée vous permet d'effectuer un interrogatoire complet, d’échanger avec votre patient.e pour comprendre l'anamnèse de la pathologie, et ainsi assurer une bonne prise en charge.

Voici quelques exemples issus de la pratique qui peuvent être traités par téléconsultation. Ces consultations sont effectuées par vous, médecin traitant ou un médecin spécialiste du parcours de soins.

Les infections ou les inflammations ORL que le patient a déjà présenté :

  • Les rhumes, toux et syndromes grippaux
  • Les infections virales bénignes
  • Les allergies saisonnières

D’autres troubles mineurs :

  • Certains troubles digestifs (TFI, RGO…)
  • Les troubles du sommeil,
  • Les infections ou les inflammations ophtalmologiques bénignes (orgelet, chalazion, conjonctivite…)
  • Les cystites

Les affections dermatologiques bénignes :

  • Dermatoses faciales (acné…)
  • Eruptions simples
  • Infections à HSV
  • Psoriasis

Les consultations médicales de suivi pour les maladies chroniques (toutes spécialités) :

  • Un meilleur suivi des affections Longue Durées (ALD) (HTA, BPCO, Asthme…)
  • Prise en charge des maladies ostéo-articulaires,
  • Suivi de la santé mentale
  • Après une consultation chez le spécialiste ou au décours d’une hospitalisation, pour le médecin généraliste traitant
  • Les consultations de rééducation

Viennent s’ajouter à cela les consultations pour :

  • Lecture et analyse de résultats de laboratoire ou d’imageries médicales
  • Les consultations de dépistage
  • Les renouvellements d’ordonnance
  • L’organisation du parcours de soins
  • Les consultations d’évaluation

Cependant, certaines consultations ne pourront pas être effectuées en téléconsultation : les renouvellements d’arrêt de travail, les certificats et expertises nécessitant un examen clinique poussé par exemple.

La téléconsultation est avant tout un temps d’échange entre le praticien et son patient

Le temps de téléconsultation, en plus d’être un temps d’échange, est également un temps d'orientation. N’hésitez pas à convoquer ou à orienter le patient pour approfondir ou confirmer un diagnostic. Il s’agit d’une nouvelle étape dans le parcours de soins ayant comme ambition l’amélioration de l’accès et de la qualité aux soins des soins. Il s’agit d’améliorer la santé de chacun dans une perspective de santé publique.

Il ne faut pas oublier qu’une téléconsultation est toujours à votre initiative, et doit se faire dans le respect du parcours de soins pour en garantir le remboursement de votre patient.e par la Caisse d’Assurance Maladie. Les actes médicaux par télémédecine pour une maladie chronique bénéficient du tiers payant, comme ceux concernant les malades bénéficiant de la CMU.

De nouvelles spécialités viendront compléter ces cas d’usage à l’avenir

Pour l’heure, les praticiens hospitaliers, les médecins spécialistes, les médecins généralistes peuvent téléconsulter. En revanche, concernant les chirurgiens dentistes, une convention médicale n’a toujours pas été trouvée. Ils ne peuvent donc pas encore effectuer des téléconsultations remboursées par l’Assurance Maladie.

Une future convention pour cette spécialité médicale serait une belle initiative pour une prise en charge des soins dentaires des patients en EHPAD. Nous pouvons facilement concevoir de nouveaux protocoles de soins où le professionnel de santé de l’EHPAD collaborera avec des praticiens libéraux. Il sera ainsi plus simple pour les résidents de consulter un médecin. Nous verrons peut-être apparaître le statut de “médecin correspondant par télémédecine”, à l’avenir !

Les derniers professionnels de santé à avoir trouvé un accord conventionnel sont les pharmaciens, avec la téléconsultation en officine. Comment la télémédecine va-t-elle se développer dans les pharmacies ? La balle est dans leur camp pour développer encore plus les soins coordonnées pour améliorer le suivi médical ! Plus d’informations sur le site d’Ameli.