/ Télémédecine

Un an déjà !

Cela fait maintenant un an que la signature de l'Avenant 6 relatif au remboursement des téléconsultations a eu lieu. Un petit bilan s'impose en cet anniversaire ! Cette année a permis de prendre du recul sur le lancement et d'avoir de premiers retours chiffrés. Nous les analysons et les décryptons pour vous.

Quelles sont les premières tendances ? 👀

Les chiffres du site ameli.fr permettent de dresser un profil "type" des usagers de la téléconsultation. Voici un portrait robot du médecin et du patient que l'on rencontre le plus fréquemment durant une téléconsultation remboursée.

Artboard-2

Médecins comme patients ont globalement moins de 50 ans. En effet, un tiers des patients ayant téléconsulté a moins de 30 ans et 56% ont moins de 40 ans.

D'après les chiffres, les patients adhèrent mieux à la téléconsultation lorsqu'ils les réalisent avec un médecin qu'ils connaissent. Nous pouvons donc compter sur le respect du parcours de soin pour démocratiser et développer l'usage de la télémédecine.

Concernant la répartition sur le territoire françain : nous retrouvons une forte concentration d'actes réalisés en Ile-de-France et en Occitanie. Il est difficile d'affirmer à 100% les causes de cette répartition. Cependant, les zones les plus marquées semblent également être celles où nous retrouvons la plus faible densité de médecins.

Voici une petite cartographie du nombre d'actes de téléconsultations remboursées depuis la législation du 15 septembre 2018. Vous vivez peut-être dans une région propice à la e-santé ! 😉

Cartographie-TC-2

Les chiffres sont-ils à la hauteur ?

Toujours d'après ameli.fr, 85% des téléconsultations sont facturées par des médecins installés en libéral et 8% par des centres de santé qui proposent cette solution.

Si la majorité écrasante des pratiquants sont des médecins généralistes, on compte également 35% de médecins spécialistes. Ceux-ci représentent pour la plupart des gynécologues, pédiatres et psychiatres pour des consultations de conseils, prévention et renouvellement d'ordonnances. Notre rubrique "cas pratiques" est d'ailleurs idéale pour se faire un avis sur les cas d'usage pouvant être pris en charge selon la spécialité médicale.

Actuellement, 3 300 téléconsultations sont réalisées chaque semaine. A l'avenir, la législation autour de la télémédecine devrait encore évoluer pour ouvrir la voie à d'autres professionnels de santé (les sages-femmes et les pharmaciens par exemple) et ainsi augmenter ce chiffre.

Dans cette dynamique, le début d'année 2020 marquera l'entrée en vigueur des infirmiers libéraux dans la boucle de la e-santé : ceux-ci seront valorisés s'ils accompagnent leurs patients durant des téléconsultations réalisées avec leur médecin.

Quel avenir pour la téléconsultation ? 🤔

L'Assurance maladie envisageait un lancement plus explosif de la téléconsultation. Cependant, nous constatons des débuts prometteurs. L'usage a encore du mal à se démocratiser et à trouver son public, mais de plus en plus de médecins et de patients y adhèrent. Ceux qui essaient adoptent très rapidement cette pratique et l'inscrivent dans leur usage.

Nous pensons que l'année 2019/2020 marquera un tournant pour la télémédecine, avec des solutions et des usages de plus en plus adaptés à la pratique courante de cet acte. Certains médecins comme le Docteur Quedeville ont réussi le pari d'inscrire la téléconsultation dans leur pratique hebdomadaire. Découvrez son témoignage et ses conseils sur cette vidéo.

Source: ameli.fr

👉Vous aussi, participez au déploiement de la téléconsultation. N'hésitez pas à programmer une démonstration de Leah via le bandeau ci-dessous.